free bootstrap themes

MR HIN

Don Mateo, professeur dans un collège le jour et graffeur la nuit. 

Sa carrière débute réellement en 2010, où il commence à couvrir les murs de Lyon de ses portraits très réalistes. Cependant, toute sa vie ne tourne pas autour du graff : Don Mateo est également professeur d’art urbain dans un collège de Lyon, et il admet en souriant ne pas avoir parlé de ses “activités” à ses élèves.

Si son style évolue constamment, la base reste la même : des portraits de personnes qui l’inspirent et l’interpellent, souvent avec une touche d’humour. Il s’arrête à l’intensité d’un regard, à l’émotion dégagée par ses sujets, qui sont anonymes… même s’il a aussi représenté des personnages publics, comme Mandela.

Pour être le plus original possible, il utilise des supports divers : papier, toile, bois, objets de récupération… Ses techniques de prédilection sont le pochoir et le collage. Mais l’artiste ne s’interdit rien et fait selon ses coups de cœur, il est donc très ouvert aux nouveautés.

Ses lieux préférés sont ceux inexploités et difficilement accessibles ; on trouve beaucoup de ses œuvres sur les pentes de la Croix-Rousse. Et si – l’art urbain l’impose – la plupart de ses œuvres sont effacées peu après leur création, certains de ses projets sont voués à une plus longue durée, par exemple cette immense peinture sur le mur d’une cour d’hôtel (photo). Comme il utilise beaucoup de collages, toute une partie du travail de Don Mateo est réalisée au calme, dans son atelier. 

Les motivations de Don Mateo sont nombreuses : la proximité avec le public que permet l’art de rue, qui crée une véritable interaction entre l’artiste et les passants, la mise en danger, les nombreuses possibilités créatives qu’offre l’art urbain.